Crus bourgeois : Indépendance et exigence

L’association des Crus Bourgeois s’occupe de gérer l’organisation de l’appellation du même nom. C’est elle qui choisit l’organisme d’évaluation de conformité, en l'occurrence : Bureau Veritas. Cela permet de garantir l’impartialité de l’évaluation des crus et la justesse de la démarche.
Ce qui importe avant tout pour être éligible à cette appellation est le cépage utilisé puisqu’il ne concerne que les vins AOC du Médoc : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis en Médoc, Margaux, Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe. Les exploitations qui souhaitent prétendre à ce label font l’objet de visite de contrôle des moyens de production qui peuvent avoir lieu jusqu’à plusieurs fois par an.

Des minimas de qualité sans cesse redéfinis

Afin de maintenir la qualité à son maximum, des niveaux de qualité minimaux sont définis chaque année pour être éligible en tant que cru bourgeois. Grâce à un panel de millésime renouvelé chaque année, on cherche à réévaluer quel panel de crus va représenter ce label.
Après une dégustation et une notation à l’aveugle, les panels sont établis et la moyenne de ce dernier représente la note minimum requise pour rester un Cru Bourgeois. Avant d’être répertoriés sur des sites comme www.crus-bourgeois.net, ils doivent passer par une dernière étape, la sélection officielle des crus bourgeois.